Profil du podcast de Jane Goodall

Dans ce billet se trouve un profil de Jane Goodall – sa vie et ses réalisations. Avec interview podcast.

L’histoire de Jane Goodall a fait l’objet de nombreux articles, livres et films.

Cette jeune Anglaise qui s’est aventurée en Afrique en 1960, a mené des recherches sur les chimpanzés et a fini par révolutionner la science des primates.

Ce qui rend l’histoire unique, c’est que Jane n’a pas d’antécédents officiels en recherche. Mais elle avait une passion et une profonde empathie pour les animaux.

En plus, elle avait un dynamisme extraordinaire. En commençant par la recherche sur les chimpanzés, puis sur la protection des chimpanzés, puis sur les problèmes environnementaux locaux en Afrique, et plus particulièrement ces dernières décennies, en parlant des problèmes environnementaux dans le monde entier.

Aujourd’hui âgée d’environ 80 ans, Jane voyage encore 300 jours par an en tant qu’ambassadrice infatigable du monde naturel. Elle a toujours une passion extraordinaire pour l’environnement – comme vous l’entendrez dans mon entrevue avec elle. (15 minutes.)

“Ma mission est de créer un monde où nous pouvons vivre en harmonie avec la nature.” ~ Jane Goodall

 

Comment tout a commencé

Jane est née en 1934. Dès son plus jeune âge, elle avait un amour profond pour les animaux et le désir de travailler avec eux en Afrique.

À la fin des années 1950, elle a eu la chance de voyager au Kenya. C’est là qu’elle a rencontré l’anthropologue Louis Leakey.

Leakey s’intéressait au lien entre les humains et les singes et à l’hypothèse avancée pour la première fois par Charles Darwin – que les humains et les singes partageaient une ascendance évolutionnaire.

Jane a d’abord travaillé comme secrétaire de Leakey, mais Leakey s’est vite rendu compte de l’intérêt profond de Jane pour les animaux.

Leakey cherchait des chercheurs pour étudier les primates et voulait quelqu’un qui puisse les observer sans idées préconçues. Jane était la personne parfaite pour ce poste malgré son manque de formation universitaire.

Leakey a employé Goodall pour observer les chimpanzés. À l’été 1960, à l’âge de 26 ans, Jane a établi un campement dans la réserve de Gombe Stream, près des rives du lac Tanzania, pour effectuer des travaux sur le terrain.

Vous pouvez vous faire une idée de la forêt où ses recherches ont commencé, maintenant le parc national Gombe, dans cette vidéo de 3 minutes de Google Maps (qui est racontée par Jane) –

 

Premières recherches sur les chimpanzés à Gombe

Goodall passa 6 mois en 1960 seule à observer des chimpanzés à distance avec des jumelles. Au fil du temps, elle se rapprocha progressivement. Peu à peu, ils se sont habitués à elle alors qu’elle s’asseyait et écrivait des notes.

Elle était plus proche des chimpanzés sauvages que quiconque avant elle. Et a pu faire de nouvelles découvertes importantes à leur sujet. Y compris que les chimpanzés fabriquent et utilisent des outils, ils chassent et mangent de la viande, et ils ont des personnalités et des sentiments.

Jane a vu des choses que les doctrines scientifiques strictes de cette époque ont peut-être oubliées. L’idée que les personnalités uniques des animaux était non conventionnelle par exemple.

Ses découvertes suggèrent que des similitudes entre les chimpanzés et les humains existent dans plus de gènes et peuvent être observées dans l’émotion et l’intelligence, ainsi que dans les relations sociales et familiales.

“Il n’y a pas que les êtres humains qui ont une personnalité, qui sont capables d’une pensée rationnelle et d’émotions comme la joie et le chagrin.” ~ Jane Goodall

 

Jane Goodall avec bébé chimpanzé Flint à Gombe
Jane Goodall avec un bébé chimpanzé Flint dans la réserve de Gombe Stream Reserve, dans les années 1960. Pic : Hugo van Lawick / National Geographic

 

Défis et critiques

Au début, le travail scientifique de Jane n’était pas pris au sérieux par les scientifiques sceptiques à prédominance masculine. Elle n’avait aucune formation en sciences et aucun diplôme autre qu’un certificat en dactylographie. Elle a été critiquée pour avoir suggéré que les chimpanzés avaient des personnalités et leur a donné des noms.

Mais Goodall avait un mentor et un soutien fort à Louis Leakey qui l’a encouragée et l’a aidée à s’inscrire à un doctorat à Cambridge. Jane a terminé son doctorat sur l’étude des chimpanzés en 1966. D’autant plus remarquable que Goodall n’avait même pas de diplôme de premier cycle.

Leakey a également organisé la visite d’un photographe professionnel, Hugo van Lawick, à Gombe pour documenter le travail de Jane, avec le soutien financier de National Geographic. Les archives photographiques des découvertes de Goodall ont permis de les mettre hors de combat.

Jane Goodall et Hugo van Lawick à Gombe
Jane Goodall et Hugo van Lawick filmant des chimpanzés à Gombe dans les années 1960. Pic: National Geographic

 

Recherches supplémentaires dans les années 1960 et 1970

Goodall passa les années 1960 et 1970 à étudier plusieurs générations de chimpanzés. Elle a ensuite fait de Gombe une station de recherche sur les chimpanzés et a profité de son temps pour guider de nouvelles générations de scientifiques.

Pendant ce temps, Louis Leakey a mis en place d’autres études sur les primates. Il a également demandé à Dian Fossey d’étudier les gorilles de montagne au Rwanda et à Birute Galdikas d’étudier les orangs-outans à Bornéo.

Les recherches de Jane sur les chimpanzés à Gombe ont été poursuivies et font maintenant partie des études les plus longues sur les mammifères sauvages de tous les temps.

 

Prise de conscience croissante de son travail

Jane et ses chimpanzés ont acquis une réputation internationale grâce à une couverture médiatique plus large à partir du milieu des années soixante. En commençant par cette histoire de couverture dans National Geographic en 1965 –

Jane Goodall National Geographic couverture

Et cet épisode télévisé de National Geographic en 1971 –

En 1971, Jane publia également son premier livre sur son expérience avec les chimpanzés ‘In the Shadow of Man’.

Et en 1977, l’Institut Jane Goodall a été créé pour faire progresser son travail dans le monde entier.

Vous trouverez plus d’informations sur ses premiers travaux dans cet article de National Geographic intitulé «Comment Jane Goodall a changé ce que nous savons des chimpanzés».

 

De scientifique à écologiste

Jane Goodall a été un tournant décisif en 1986 lorsque Goodall a assisté à une conférence de primatologues à Chicago.

Elle a été choquée d’apprendre que partout où les primates étaient étudiés, ils étaient menacés par toute une série de problèmes environnementaux, notamment la déforestation due à la croissance démographique, à l’exploitation forestière et à l’exploitation minière. Mais aussi du commerce d’animaux vivants, de la chasse à la viande et de l’utilisation de chimpanzés dans la recherche médicale.

Puis, au début des années 90, Jane a survolé la réserve de Gombe dans un petit avion et a pris conscience de l’ampleur des destructions causées par sa propre forêt bien-aimée. Les collines nues entouraient la réserve. La voir convaincue que les chimpanzés de Gombe seraient en danger si elle n’agissait pas.

 

Activisme et aide

Elle a également réalisé que si elle souhaitait réduire la pression exercée sur l’environnement local et protéger les chimpanzés, il serait nécessaire d’améliorer la vie des habitants des villages voisins.

Cela a marqué un changement majeur pour Goodall. Son travail s’est élargi et a pris une vision plus large de l’environnement, de la justice environnementale et du changement social. Elle s’est mise à travailler avec la population locale sur le terrain pour trouver le meilleur moyen d’améliorer la situation des villageois. Cela l’a amenée à participer à la mise en place de programmes de financement (microcrédit), de santé (planification familiale) et d’éducation (maintien des filles à l’école).

“Le changement se produit en écoutant puis en dialoguant avec les personnes qui font quelque chose que vous ne croyez pas juste.” ~ Jane Goodall

Dans cette interview de 8 minutes, Jane décrit son travail avec les villageois locaux, explique comment cela s’est passé et pourquoi il était important de protéger la forêt et les chimpanzés –

 

Importance de la jeunesse

En s’impliquant davantage auprès des populations locales, elle a compris l’importance des jeunes pour amener le changement.

En 1991, Goodall a fondé «Roots and Shoots» – un programme qui forme les jeunes à devenir des leaders de la conservation. Il encourage les jeunes à agir dans leurs communautés pour faire la différence pour les hommes, les animaux et l’environnement. Le programme est maintenant dans plus de 100 pays.

“Il y a une force puissante déchaînée lorsque les jeunes décident d’apporter un changement.” ~ Jane Goodall

 

Travaux en cours et activités de plaidoyer

Aujourd’hui âgée d’environ 80 ans, Jane Goodall poursuit le travail de son Institut et la diffusion du message de la conservation de l’environnement.

Elle voyage environ 300 jours par an pour faire pression sur les gouvernements, visiter les écoles et prononcer des discours. Elle parle des menaces qui pèsent sur les chimpanzés et des crises environnementales auxquelles est confrontée la planète dans son ensemble.

Elle parle de l’interdépendance de tous les êtres vivants, de la force collective de l’action individuelle et de ses raisons d’espérer.

Jane Goodall, militante pour la protection de la nature
“Le moins que je puisse faire, c’est parler pour ceux qui ne peuvent pas parler pour eux-mêmes.” Photo : Institut Jane Goodall 

 

Des raisons d’espérer

Goodall croit que les êtres humains peuvent guérir le mal qu’ils ont fait à la planète. Voici les ingrédients clés qui, selon elle, nous aideront à nous sortir du pétrin dans lequel nous sommes :

  • Le cerveau humain et sa capacité à résoudre les problèmes
  • L’esprit humain indomptable
  • La résilience de la nature
  • La détermination des jeunes

Pour en savoir plus, lisez Raisons d’espérer de l’Institut Jane Goodall.

Jane a également écrit un livre intitulé “Raison d’espérer : un voyage spirituel“. C’est un récit personnel de sa vie, de ses valeurs et de ses convictions. Il retrace son évolution morale et plaide en faveur de la spiritualité humaine dans la construction d’un monde meilleur.

“C’est savoir ce qu’on peut faire qui donne aux gens le courage de se battre.” ~ Jane Goodall

 

Récompenses

Jane Goodall a remporté de nombreux prix pour son travail. Elle a reçu le titre de Messager de la paix de l’ONU et de Dame Commandante de l’Empire britannique.

Le magazine Time a nommé Goodall l’une des personnes les plus influentes au monde en 2019.

 

Importance du travail scientifique de Jane

Les recherches de Jane de 1960 ont renversé de nombreuses hypothèses scientifiques de l’époque. Lorsque Jane a commencé ses recherches, les scientifiques ne comprenaient pas à quel point les humains sont proches des chimpanzés. Les animaux étaient considérés comme sauvages et sans qualités humaines comme la compassion et la logique.

Jane a trouvé des similitudes surprenantes dans le comportement des humains et des chimpanzés. Elle a montré que les chimpanzés étaient assez intelligents pour fabriquer et utiliser des outils. Et elle a montré que les chimpanzés avaient des personnalités et des émotions. (A cette époque, on pensait dans la science qu’il s’agissait de traits réservés uniquement aux êtres humains).

Ses observations remettent en question les notions antérieures de ce que signifie être humain et de notre place dans la nature.

Jane a également mis au point une méthodologie d’observation et de prise de notes sur une longue période de temps, s’intégrant dans la communauté qu’elle étudiait. Elle a également élaboré des protocoles d’observation, de documentation et d’analyse.

Les recherches de Jane sur les chimpanzés ont été poursuivies et sont maintenant l’une des plus anciennes études sur les mammifères sauvages de tous les temps.

Jane a prouvé que les femmes pouvaient réussir en tant que scientifiques à une époque où la science et son domaine étaient dominés par les hommes. Son travail a inspiré d’autres femmes scientifiques.

Jane est ensuite devenue l’une des communicatrices scientifiques les plus remarquables de l’ère moderne. (Et à sa manière douce, probablement l’une des plus importantes militantes écologistes.)

“Nous voici, sans doute l’être le plus intelligent qui ait jamais parcouru la planète Terre, avec cet extraordinaire cerveau, et pourtant nous détruisons la seule maison que nous avons.” ~ Jane Goodall

 

 

 

Jane Goodall à Gombe Africa
Jane Goodall observant des chimpanzés à Gombe, Afrique, 1965. Photo: Hugo van Lawick / National Geographic.

 

Une chronologie de la vie et du travail de Jane Goodall

1934 Né à Londres.

1957 Voyage au Kenya, rencontre le Dr Louis Leakey.

1960 Début des observations de chimpanzés dans la réserve faunique de Gombe Stream.

1962 Début du doctorat à l’Université de Cambridge. Voyage entre Cambridge et Gombe.

1962 Hugo van Lawick commence à prendre des photos à Gombe pour le National Geographic.

1965 Premier bâtiment à Gombe, début d’un centre de recherche permanent.

1966 Obtention d’un doctorat de l’Université de Cambridge.

1971 Publie le livre’Dans l’ombre de l’homme’.

1977 Fondation de l’Institut Jane Goodall pour soutenir la recherche, la conservation et l’éducation sur la faune.

1986 Participation à la conférence de l’Académie des sciences de Chicago où elle se familiarise avec les problèmes auxquels sont confrontés les chimpanzés du monde entier, y compris la destruction des habitats et la recherche médicale sur les chimpanzés. Arrivée en tant que scientifique, départ en tant qu’activiste.

1991 Lance le programme d’action pour la jeunesse’Roots & Shoots’.

1992 Fondation du Centre de réhabilitation des chimpanzés de Tchimpounga en République du Congo (le plus grand sanctuaire de chimpanzés d’Afrique).

1994 Lancement du programme Tacare en Tanzanie afin d’impliquer les communautés locales dans la conservation et d’offrir des opportunités en matière d’éducation, de santé et d’économie durable.

1999 Publie le livre ” Raison d’espérer “.

2002 L’Organisation des Nations Unies décerne le titre de Messager de la paix.

2003 Honoré en tant que Dame de l’Empire britannique.

Jane a commencé à voyager à l’étranger pour éduquer les gens sur les chimpanzés et l’environnement en 1999. Elle voyage encore 300 jours par an.

Source: National Geographic / Journeys in Film Discussion Guide pour le documentaire ‘Jane’.

 

Citations   

Jane a eu quelques mots sages et merveilleux à dire à propos de tout, du traitement des animaux au pouvoir des gens de faire une différence.

Vous pouvez trouver les meilleurs d’entre eux dans notre post ‘Jane Goodall citations‘.

“J’ai des raisons d’espérer : notre cerveau intelligent, la résilience de la nature, l’esprit humain indomptable et, surtout, l’engagement des jeunes lorsqu’ils sont capables d’agir.” ~ Jane Goodall

 

‘Jane’ le documentaire

Goodall a fait l’objet de plus de 40 films. L’une des plus récentes est celle du National Geographic intitulée’Jane’. C’est arrivé après 65 heures de film découvertes en 2015. La vidéo montrait le travail de Jane à Gombe au début des années 1960. Il a été tourné par le photographe et cinéaste Hugo van Lawick.

Voici la bande-annonce du documentaire ‘Jane’ –

Vous pouvez acheter ou regarder le film’Jane’ en ligne via Amazon.

Jane Goodall film documentaire 2017

 

TED Talk 

Dans son exposé sur la TED intitulé ” Ce qui nous sépare des chimpanzés “, Goodall soutient que la seule vraie différence entre les humains et les chimpanzés est notre langage sophistiqué. Elle nous exhorte à commencer à l’utiliser pour changer le monde pour le mieux.

 

 

Livres

Goodall est l’auteur de nombreux livres. Dans cette section, vous trouverez ses livres les plus célèbres et les plus importants.

Son premier livre révolutionnaire a été ‘In the Shadow of Man‘ (Dans l’ombre de l’homme) qui a été écrit en 1971 et mis à jour en 2010.

Jane Goodall - In the Shadow of Man book

 

Plus tard, elle a écrit un récit personnel de sa vie et de son parcours personnel intitulé ‘Reason for Hope : A Spiritual Journey‘ (avec Phillip Berman en 2000).

Jane Goodall - Reason for Hope book

 

Elle a écrit d’autres livres sur sa vie et son travail, notamment ‘Jane Goodall : 50 ans à Gombe‘ (en 2010) et ‘Indomptée : La vie sauvage de Jane Goodall‘ (avec Anita Silvey en 2015.)

Et elle a écrit spécifiquement sur le sort des animaux, notamment ‘L’espoir pour les animaux et leur monde : Comment les espèces en voie de disparition sont sauvées du danger‘ – avec Thane Maynard et Gail Hudson en 2011.

 

Classe

Jane a un cours en ligne qui enseigne la conservation via Masterclass.

 

Site web

Pour en savoir plus sur l’Institut Jane Goodall, consultez le site www.janegoodall.org.

Pour en savoir plus sur son programme jeunesse Roots and Shoots, visitez le site www.rootsandshoots.org.

 

Médias sociaux

Si vous voulez voir ce qu’elle fait, vous pouvez suivre Jane Goodall sur Facebook.

Vous pouvez également suivre le Jane Goodall Institute sur Facebook, Instagram et Twitter.

 

Jane Goodall sur la nature

Voici quelques derniers mots de Jane Goodall sur Mère Nature (6 minutes) –

 

Vos pensées?

Inspiré? Vous avez d’autres idées? Avons-nous manqué quelque chose? Faites-nous le savoir dans les Commentaires.

Si vous avez aimé le message et le podcast, veuillez le partager avec quelqu’un qui, selon vous, l’aimerait aussi.

 

Phil Stubbs

Blogger, Podcaster, Producer at The Environment Show

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Follow

Listen